Catégories

Commentaires récents

DLM : La sortie – Le bilan

Gros silence sur ce blog depuis un petit moment, pas de bon augure pour les lecteurs j’imagine… Il était temps de faire le point. Alors oui, le film est sorti. Et il n’a pas marché.

Tout avait plutôt bien commencé, d’abord une jolie campagne d’affichage dans Paris, drôle de joie de voir son nom partout dans le métro et sur les grands boulevards de Paris, quelque chose du quart d’heure de gloire, en gardant quand même en tête à quel point cette courte période a d’éphémère. Dans le même temps Laetitia Casta faisait la tournée des – bons – plateaux télé avec en point d’orgue un passage au journal de 20h de TF1 le dimanche 3 juillet, soit 3 jours avant la sortie effective. Et là, Bim ! Claire Chazal qui cite nos noms. Ladite Claire Chazal qui officie sur l’antenne de TF1 depuis mes 12 ans quoi… Les parents qui m’appellent fiers de leur fiston, les connaissances qui vous « textotent » et, forcément, monte cette sensation vague qui vous dit que C’est arrivé.

Le lundi et le mardi les deux avant première se passent dans une très sympathique ambiance, l’accueil semble bon. Le mardi c’est le climax avec 500 personnes qui se pressent dans la grande salle du ciné cité les halles. Bref tout s’annonçait bien.

Mais non.

Le lundi midi avait une vraie douche froide. 110 salles. Mouais ? Flatteur pourrait on se dire, mais en fait non. Avec seulement 5 salles Paris, et pour l’essentiel des salles hors circuit (pas d’UGC ciné cité, 1 salle MK2 à Gambetta en demi programmation…) et un circuit de salles province qui n’annonçait rien de très bon, le match était déjà joué pour les experts ès distribution. Bref, le mardi soir, alors que le film n’était même pas sorti et que l’avant première commençait, c’était la soupe à la grimace chez tout le monde, « Le film est mort » entends-je même. Ah bon ? Mais déjà les spectateurs sortent de la salle et viennent nous congratuler. Il faut sourire, pour la forme.

Alors on peut disserter à l’infini sur les raisons d’un insuccès, choix de la date, force du distributeur, le non des exploitants, le thème et la qualité du film ? Peu importe à vrai dire, sans doute un peu de tout à la fois, mais le résultat est là : dans ces conditions il aurait été déjà extraordinaire de faire 70 000 entrées. Nous en ferons probablement 3 fois moins, les chiffres n’étant pas définitivement arrêtés.

Forcément pour un réalisateur, c’est un peu difficile à avaler. On se compare aux « autres ». On peste. Allons bon ! On veut présenter son petit dernier à la famille et celle ci ne vient pas ! Angoisse. Questionnement. Où s’est on trompé ? Le petit est si moche que ça ?

La vérité est plus simple, le cinéma est un pari, et on ne gagne pas à tous les coups. Point barre. De bons films ne marchent pas, de mauvais cartonnent. Je ne sais pas si notre film est bon ou mauvais, seule la postérité le dira. Après des centaines de visionnages, il devient difficile d’être objectif. On est forcément conscient de certaines faiblesses, mais quel film n’en a pas ? Combien de chef d’oeuvre pour combien de films « pas mal » ? Notre film n’est certainement pas un chef d’oeuvre. Mais nous en sommes fiers. Parce qu’il a de la gueule, parce que c’est le notre et pas celui du voisin. A quoi bon se torturer après tout.

Il n’a pas marché ? Et alors ?

Alors la meilleure chose à faire maintenant c’est de passer à la suite, de bâtir sur cet acquis formidable qu’est un premier long métrage. Nous avons beaucoup appris de cette expérience longue et passionnante. Mais maintenant il ne sert plus à rien de s’attarder sur le passé.

Et l’avenir c’est beaucoup de projets.

Forcément.

C’est ce pas après tout LA phrase du cinéaste : « Je suis sur pleins de trucs », le tout étant bien évidemment d’aller au bout de l’un de ces innombrables projets. Dans les starting blocks, il y’a de tout et nous verrons bien ce qu’il en ressortira. Evidemment nous vous tiendrons informés de cet avenir encore un peu incertain. En attendant, le film sort le 15 Novembre en Bluray 3D et en DVD. Si le coeur vous en dit…

A propos, Derrière les Murs est sorti en Russie fin juillet. Affiche un peu retouchée pour l’ancrer dans l’horreur, mais bande annonce identique. Résultats des courses : plus de 100 000 entrées, 900 000 $ de recettes. Autant qu’un Largo Winch qui a couté 10 fois plus que notre film. Ah.

Bon et bien il ne nous reste plus qu’à faire une carrière à la Patricia Kaas… Et réviser notre alphabet cyrillique. Avec un peu de persévérance on dînera à la table de Poutine dans 2-3 ans.

2 comments to DLM : La sortie – Le bilan

  • Alex

    En ce qui me concerne, j’ai bien aimé DLM! :-)
    J’ai vu que vous prépariez un film sur les panthères roses? Vous savez quand est-ce qu’il sort?

  • dommage, mais le prochain sera le bon.

    J’ai pas vu le film, dlm est même pas sorti en Belgique… j’espère le voir rapidement en blueray ou dvd.

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>